AFRIQUE

L’Afrique, continent aux multiples facettes et contrastes qui compte 54 Etats et plus d’1,2 milliard d’habitants, représente un marché gigantesque et a été qualifié par les experts de l’économie et de la finance de nouvel eldorado pour les entrepreneurs.

L’Afrique connaît en effet, depuis quelques années, une croissance forte et régulière qui offre de nouvelles opportunités et attire de plus en plus les investisseurs étrangers.

Une nouvelle classe moyenne émerge et a les moyens de consommer plus et mieux. La pauvreté a reculé et des progrès ont été faits dans le domaine de la santé et de l’éducation. Si beaucoup reste à faire, les initiatives se multiplient pour répondre aux nouvelles attentes et aux besoins de la population et créer un environnement de plus en plus favorable à l’entrepreneuriat. Plusieurs pays ont, en effet, entrepris de profondes réformes pour faciliter la vie des entreprises. Selon la Banque mondiale, le Burundi, la Côte d’Ivoire et le Rwanda font parties des dix pays ayant le plus amélioré la réglementation des affaires au cours de cette dernière année. (Source: Agence France Entrepreneur)

Notre équipe vous propose d’accéder aux marchés africains de l’ensemble du continent africain.

Afrique occidentale:

Bénin

Burkina Faso

Gambie

Ghana

Guinée

Guinée-Bissau

Côte d’Ivoire

Liberia

Mali

Niger

Nigéria

Sénégal

Sierra Leone

Togo

 

Afrique centrale:

Angola

Cameroun

République centrafricaine

Tchad

République du Congo

République démocratique du Congo

Guinée équatoriale

Gabon

São Tomé et Príncipe

 

Afrique de l’Est:

Burundi

Ethiopie

Kenya

Madagascar

Malawi

Ile Maurice

Ouganda

Seychelles

 

Afrique du Sud:

Afrique du Sud

Botswana

Lesotho

Namibie

Swaziland

Tanzanie

Zambie

Zimbabwe

 

 

Nous vous proposons un état des principales opportunités d’investissement dans quelques pays africains.

Kenya

Le Kenya connaît une croissance soutenue depuis un certain temps déjà. La Banque mondiale prédit un taux de croissance de 7% en 2017 imputé à des investissements massifs dans les infrastructures et l’emploi, des mesures prises pour améliorer la réglementation des affaires et une augmentation des exportations.

Les opportunités d’investissement intéressantes au Kenya sont multiples.

Le secteur agroalimentaire représente 65% des exportations totales du Kenya et offre des opportunités en termes de transformation des aliments, d’irrigation, d’infrastructures, de technologies et de transports.

Concernant les infrastructures, le gouvernement du Kenya a identifié les domaines où des investissements sont nécessaires. Parmi eux, le réaménagement du Corridor Nord, le développement d’un réseau ferroviaire en banlieue de Nairobi et la conception et construction d’un nouveau terminal à l’aéroport international Jomo Kenyatta.

S’agissant du tourisme, le Kenya se targue d’être une destination de safari majeure. Le tourisme est une source importante de devises étrangères et le troisième contributeur au PIB après l’agriculture et l’industrie. Mis à part les parcs nationaux populaires et les plages de sable côtières, le gouvernement kényan a identifié et affecté plusieurs nouvelles zones ouvertes aux investissements. Il s’agit notamment de villes de villégiature, de parcs, du développement de produits de luxe et de nouveaux hôtels internationaux haut de gamme.

Dans le secteur industriel, les possibilités d’investissement incluent la fabrication d’engrais, l’agro-traitement, les machines-outils, les vêtements et les équipements destinés aux marchés intérieurs comme à l’exportation.

 

Togo

Le Togo, dans sa Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi, prévoit la continuation de ses politiques efficacement mises en œuvre par le Gouvernement de soutien à l’agriculture et de hausse des dépenses d’investissement public.

En particulier, le Togo vise la mise en place de politiques ambitieuses de modernisation agricole, de mise en valeur plus intense des potentialités minières et géostratégiques du pays et de promotion soutenue de l’industrie manufacturière.

Dans cette perspective, le Togo a affiché sa volonté de mettre en place un environnement favorable au développement du secteur privé et souhaite renforcer les partenariats public-privé.

Les priorités ont été fixées comme étant le développement des secteurs à fort potentiel de croissance durable que sont les filières agricoles, commerciales, de services (artisanat et tourisme) et des industries extractives et manufacturières.

Dans le domaine des infrastructures notamment, le Gouvernement a misé fortement sur les avantages comparatifs du pays pour faire du Togo un corridor de développement dans la sous-région.

Ce corridor de développement se réalisera à travers des investissements massifs pour la mise en place d’infrastructures modernes de transport multimodal efficient, entre la zone méridionale (Lomé) et la zone septentrionale (Cinkassé), comprenant les infrastructures de transport maritime (Port Autonome de Lomé et appontement de Kpémé pour le chargement du phosphate), le réseau routier, le réseau ferroviaire ainsi que les aéroports.

ISRAEL