• Santé / Médecine

Israël est devenu l’un des leaders mondiaux en matière de santé, grâce à l’esprit d’entreprise et d’innovation technologique très développé  qui y règne, combiné à une recherche de pointe et une main d’œuvre extrêmement qualifiée.

De nombreuses sociétés israéliennes, dont l’expertise en matière d’innovation et de créativité est mondialement reconnue, innovent toujours plus chaque année.

Parmi les technologies israéliennes de pointe récemment développées dans le secteur de la santé, figure le premier smartphone médical au monde lancé par « LifeWatch ». Ce smartphone est doté de capteurs permettant de surveiller des variables physiologiques telles que le rythme cardiaque, la fonction pulmonaire, la glycémie, la température du corps et la conductance cutanée.

La plus récente innovation consiste en des fauteuils roulants innovants en plastique colorés et légers, conçus et fabriqués en Israël par impression 3D, pour les enfants à mobilité réduite, coûtant chacun 100 dollars seulement. Ils sont distribués notamment par l’OMS pour redonner de l’espoir aux enfants des pays en développement à travers le monde en leur permettant de se déplacer plus facilement.

Citons parmi d’autres exemples une technologie des dispositifs médicaux pour le traitement de la maladie d’Alzheimer. Ce système, inventé par « Neuronix », combine la stimulation magnétique transcrânienne avec des méthodes d’apprentissage cognitives.

  • Agriculture

Israël est le leader mondial dans le domaine de la recherche et du développement dans le secteur agricole et a acquis une réputation internationale d’excellence dans ce secteur.

Fort d’une coopération étroite entre scientifiques, fermiers, experts agricoles et industriels, Israël développe depuis de nombreuses années des technologies de pointes diffusées aussi bien au niveau local qu’international.

Aujourd’hui, l’un des défis le plus sérieux, en raison de la croissance rapide de la population mondiale, est la nécessité d’assurer l’approvisionnement alimentaire mondial et, à cette fin, de développer des méthodes efficaces pour la production d’aliments sains et de qualité.

Les conditions climatiques difficiles qui sévissent dans plusieurs régions en Israël et ses ressources très limitées en eau potable ont poussé au développement de technologies visant à faciliter l’irrigation efficace, la purification, l’utilisation des eaux usées traitées et des eaux des nappes phréatiques et la lutte biologique contre les insectes ravageurs des cultures.

Début Décembre 2016, des ministres et hauts fonctionnaires de 13 pays d’Afrique de l’Ouest (Nigeria, Togo, Libéria, Guinée, Cap-Vert, Gambie, Sierra Leone, Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Ghana, Guinée-Bissau et Sénégal) ont participé en Israël à une conférence ministérielle relative à l’agriculture.

Ont été évoquées les techniques d’irrigation et de gestion des terres, la technologie laitière et la vulgarisation agricole au centre de formation agricole de la Mashav, l’Agence Israélienne pour la Coopération Internationale au Développement.  

En Afrique, le secteur de l’agriculture est aussi l’un des plus développés et constitue, sur la quasi-totalité du continent africain, l’épine dorsale de l’économie nationale. Au Kenya par exemple, le secteur agricole représente 51% du produit intérieur brut, 70% des emplois en zones rurales et 65% des exportations du pays. 

L’Afrique est un fournisseur de premier plan de matières premières et de denrées alimentaires telles que la banane plantain, le bois, le manioc, etc. L’immense majorité des terres africaines peuvent être exploitées.

  • Pisciculture

Israël a développé une technologie novatrice permettant d’élever des poissons n’importe où, dans n’importe quelles conditions,même les plus extrêmes.

Israël a su rendre possible l’élevage de poissons sur les terres arides du désert en mettant au point un système qui permet d’élever plus de 20 kg de poissons par mètre cube d’eau. Ce système est respectueux de l’environnement puisqu’il n’est pas besoin de changer  l’eau utilisée ni de la traiter chimiquement.

Le système GFA utilise des filtres biologiques et des bactéries spécialement développés pour traiter l’eau. Les réservoirs utilisant ce système sont remplis avec de l’eau non potable provenant des nappes phréatiques et de poissons,  les bactéries y sont ensuite ajoutées. Ces bactéries traitent les déchets organiques d’azote et de sous-produits de la production de poissons dans le réservoir.

Par ailleurs, les déchets naturels produits par les poissons d’élevage rendent l’eau particulièrement riche.

Les agriculteurs piscicoles peuvent ainsi recycler l’ensemble de l’eau dans laquelle les poissons ont été élevés pour irriguer leurs champs ou même s’en servir comme engrais.

Le système mis en place présente en outre l’avantage de permettre aux agriculteurs de produire plus près du marché et de réduire ainsi le temps de transport et les coûts.

  • Eau

Résoudre les problèmes de pénurie d’eau, d’accès à l’eau potable et d’agriculture durable est un enjeu capital dans le monde et, en particulier, sur le continent africain.

En Israël, les difficultés liées à l’eau ont été un catalyseur d’exception pour la recherche et le développement dans le secteur de l’eau. Israël occupe aujourd’hui une place de leader dans les technologies de l’eau grâce à ses innovations impressionnantes notamment en matière de dessalement et de réutilisation des eaux usées.

Ainsi, 70% de l’eau consommée par les citoyens israéliens est de l’eau de mer dessalée et 85% des eaux usées sont traitées et réutilisées, essentiellement pour l’agriculture.

Les chercheurs israéliens ont mis en place la technologie de désalinisation d’eau de mer la plus rapide et la moins coûteuse en énergie électrique, laquelle est commercialisée sur le marché international.

La plus grande usine de désalinisation du monde de type “osmose inverse”, appelée Sorek, est située au sud de Tel Aviv. Construite conjointement par le gouvernement Israélien et par l’entreprise israélienne IDE Technologies, elle produit déjà, à elle seule, plus de 20% de l’eau potable du pays.

Cette maîtrise de l’eau permet de mettre en place des programmes industriels et agricoles d’envergure qui auraient été inconcevables avec les limites des ressources en eau initiales.

Les technologies israéliennes de désalinisation à osmose inverse s’importent dans le monde entier et IDE Technologies a déjà construit plus de 400 usines de désalinisation dans près de 40 pays différents.

  • Bâtiment, Travaux publics

 En moins de deux générations seulement, l’Etat d’Israël qui était un pays en voie de développement lors de sa création est devenu un pays développé et le secteur du bâtiment et de la construction est l’un de ceux qui illustre clairement cette remarquable évolution.

Ainsi, en septembre 2016, Intel Israël a annoncé la création prochaine d’un centre de recherche et de développement dans ce qui sera le bâtiment le plus intelligent au monde, sur une surface de 34 000 m2 à Petah Tikva (Israël).

Des milliers de capteurs intelligents répartis dans tout le bâtiment s’appuieront sur les technologies de pointe de l’information pour collecter les données utiles et les transmettre aux salariés pour faciliter leur travail et leur vie au bureau de manière plus générale.

Grâce à la reconnaissance faciale dont est doté le bâtiment, les salariés  n’auront ni besoin de badges ni de clés, la structure allumera et éteindra automatiquement la lumière, proposera des options de covoiturage en temps réel, etc. Si la tenue d’une réunion est prévue, le bâtiment intelligent allumera la lumière de la salle de réunion, réglera la température, l’ordinateur et le projecteur et téléchargera même les fichiers nécessaires au bon déroulement de la réunion.

Les employés qui font le choix de partager leurs informations personnelles pourront télécharger une application unique qui s’adaptera à leurs besoins et ira jusqu’à leur commander une tasse de leur café préféré le matin. 

L’ensemble de ce nouveau bâtiment, dont la livraison est prévue pour 2019, sera certifié LEED (“vert”), la priorité étant mise sur la conservation de l’énergie et le recyclage de l’eau.

Dans le domaine des travaux publics également, plusieurs pays confient à Israël leurs projets d’innovation.

 Parmi les derniers en date,  la Chine a confié à l’architecte israélien Haim Dotan la conception d’un pont en verre suspendu à 300 mètres au-dessus d’un ravin de la province de Hunan, dans le sud du pays. Mesurant six mètres de large et  430 mètres de long, ce pont en verre est le plus haut et le plus long du monde et a été inauguré en Août 2016. Il est composé de 99 panneaux de verre à triple épaisseur par lesquels les visiteurs pourront avoir un aperçu du vide.

Autre projet d’envergure, la ville de Tel Aviv – récemment nommée ville la plus intelligente au monde – aide actuellement le Kenya à construire son premier hub dans la nouvelle ville de Konza, juste en dehors de la capitale Nairobi. Ce projet ambitieux de 14,5 milliards de dollars s’étendra sur plus de 20 000 km2 et comprendra notamment un parc de sciences et d’affaires, un palais des congrès, des centres commerciaux, des hôtels et des écoles internationales. 

 L’Afrique plus que jamais tournée vers la croissance économique et le développement est aussi un grand chantier. Plus de la moitié de la superficie de la plupart des pays est non bâtie. Les projets prennent corps et on voit des bâtiments pousser.

Les constructions de l’habitat et des bâtiments publics sont en pleine expansion et requièrent souvent une interrogation normative. C’est en cela que l’expertise en droit de l’environnement devient non seulement un atout majeur mais aussi une nécessité.

La protection de l’environnement devient une priorité transnationale. Les Etats conjuguent leurs efforts en ce sens. C’est pourquoi le droit international, notre spécialité, en fait une priorité.

  • Energie, solaire/verte, énergies renouvelables

En matière d’énergie, le savoir-faire et les innovations technologiques d’Israël sont présents et mis en œuvre à travers le monde.

Le gouvernement d’Israël s’est donné pour but de produire 10% de son énergie avec l’énergie solaire et d’autres sources d’énergie renouvelable d’ici 2020.

Parmi les innovations développées figure une solution de stockage d’énergies renouvelables à grande échelle beaucoup plus efficace, rentable et écologique que les méthodes de stockage actuelles, grâce à la première batterie à flux au bromure d’hydrogène.

Développé par une start-up israélienne, ce système est composé d’un appareil de conversion d’énergie électrochimique qui utilise de l’hydrogène pour créer de l’électricité et de deux réservoirs de stockage d’énergie. Pendant le cycle de décharge de la batterie, l’hydrogène est consommé et de l’énergie est générée.

En ce qui concerne les voitures électriques, la start-up israélienne Aquarius Engines a mis au point un principe novateur : le piston effectue des va-et-vient sans bielle ni vilebrequin et crée un courant par le biais d’un aimant se déplaçant à l’intérieur d’une bobine électromagnétique. Le rendement énergétique obtenu est deux fois supérieur.  

En matière d’énergie verte, les chercheurs israéliens ont encore réussi à concevoir une micro-algue produisant 5 fois plus d’hydrogène, capable de fournir suffisamment d’énergie pour faire fonctionner par exemple les voitures et les vélos électriques. Cette recherche a été notamment motivée par le fait que l’hydrogène n’est absolument pas polluant.

La plus récente innovation israélienne en matière d’énergies renouvelables consiste en la construction en plein désert israélien de la plus haute tour solaire du monde, qui sera haute de 240 mètres, dans l’aridité du Neguev. A ses pieds s’étendra un champ de 300 hectares de miroirs qui redirigeront les rayons du soleil vers le sommet de la tour dans une partie appelée le « chaudron » qui ressemble de loin à une ampoule géante. Le chaudron, dont la température atteindra 600 degrés Celsius, génèrera de la vapeur qui sera ensuite canalisée vers le pied de la tour où l’électricité sera produite. Cette tour devrait fournir dès fin 2017 2 % de l’électricité du pays (121 mégawatts) soit l’équivalent de la consommation d’une ville de 110 000 foyers.

  • Télécommunications, Médias et Technologies

Dès l’émergence des nouvelles technologies des télécommunications, Israël a su s’imposer comme un acteur de premier plan dans cette industrie au cours de la dernière décennie. Les sociétés israéliennes s’avèrent à la pointe des nouvelles technologies dans ce domaine, dans l’immense majorité des secteurs.  

En ce qui est des nouveaux médias, Israël abrite des centaines de sociétés qui proposent une large gamme de produits et de solutions dans la création de contenus, la distribution et la gestion des vidéos, le gaming, la diffusion, la télévision digitale et par câble, l’IPTV et les services satellitaires.

Les technologies et applications développées en Israël s’exportent dans le monde entier.

Pour ne donner que quelques exemples, l’application Moovit développée en Israël et facilitant l’utilisation des transports en commun compte à ce jour plus de 50 millions d’utilisateurs dans le monde.

Waze, l’application de trafic et de navigation communautaire en temps réel, compte plus de 70 millions d’utilisateurs dans le monde.

Les technologies de l’information et de la communication concernent également les paiements en ligne des factures et la monnaie électronique, le droit de la vie privée, le droit de l’image, les contrats informatiques et du commerce électronique. La reconnaissance mutuelle des moyens d’identification électronique délivrés par un Etat et utilisés dans un autre État mettent en relief les limites des législations nationales. Il en est de même des secteurs de la justice, du domaine financier, du e-gouvernement et de la e-santé.

  • Tourisme

Le secteur du tourisme en Afrique est en hausse constante. Le continent africain est une permanente invitation au voyage et offre d’uniques possibilités de découvrir une nature vierge et diverse, une richesse ethnique inégalée, une faune et une flore époustouflantes et un riche artisanat.

Pour accompagner cette évolution, l’hôtellerie est en pleine expansion.

La banque africaine de développement (BAD) a récemment publié son rapport annuel dédié au secteur du tourisme en Afrique et a fixé comme objectif général de libérer le potentiel touristique de l’Afrique. 

Il en ressort que le secteur du tourisme en Afrique connaît un essor constant à tous les niveaux et regorge d’opportunités économiques d’envergure.